soustraire


soustraire

soustraire [ sustrɛr ] v. tr. <conjug. : 50>
XIIIe; sustraire, sostraireXIIe; lat. subtrahere
1Enlever (qqch.) à qqn, le plus souvent par la ruse, la fraude. dérober, ôter, 2. voler. « Elle avait soustrait à son mari la modeste fortune héritée de son père » (Martin du Gard ). Les pièces soustraites du dossier.
2(XVIe) Faire échapper à ce à quoi on est exposé. « Un voile subtil qui leur permettrait de soustraire leur pensée à la curiosité indiscrète » (Duhamel).
Pronom. S'affranchir de. Se soustraire à un devoir, à un engagement. échapper, manquer. « Il avait déjà pris un empire extraordinaire sur elle et elle ne pensait plus à s'y soustraire » (Mérimée). Littér. Se soustraire à la vue, aux regards de qqn.
3(XIIIe) Retrancher par soustraction (un nombre d'un autre). déduire, défalquer, enlever, ôter. De cette somme nous devons soustraire nos frais généraux.
⊗ CONTR. Donner. Additionner, ajouter.

soustraire verbe transitif (latin subtrahere, avec l'influence de sous) Retrancher une quantité d'une autre, en faire la soustraction : Si l'on soustrait 50 à 120, on obtient 70. Prendre quelque chose, l'enlever de quelque chose, généralement par des moyens irréguliers : Soustraire un dossier des archives. Dérober quelque chose à quelqu'un : L'escroc lui a soustrait une somme considérable. Faire échapper quelqu'un à quelque chose, lui permettre d'y échapper : Rien ne peut vous soustraire à cette obligation.soustraire (expressions) verbe transitif (latin subtrahere, avec l'influence de sous) Littéraire. Soustraire quelqu'un, quelque chose aux regards, à la vue, les cacher, les placer hors de vue. ● soustraire (synonymes) verbe transitif (latin subtrahere, avec l'influence de sous) Retrancher une quantité d'une autre, en faire la soustraction
Synonymes :
- déduire
- défalquer
Contraires :
Prendre quelque chose, l'enlever de quelque chose, généralement par des moyens irréguliers
Synonymes :
Dérober quelque chose à quelqu'un
Synonymes :
- dérober
- détourner
Faire échapper quelqu'un à quelque chose, lui permettre d'y échapper
Synonymes :
- préserver
- protéger de

soustraire
v. tr.
d1./d Dérober (qqch). Soustraire des documents compromettants.
d2./d Faire échapper (qqn) à. Soustraire qqn à l'influence d'un mauvais milieu.
|| v. Pron. Se soustraire à une obligation.
d3./d Retirer par soustraction.

⇒SOUSTRAIRE, verbe trans.
I. — Empl. trans.
A. — Soustraire qqc. à qqn. S'emparer de quelque chose, généralement par des procédés irréguliers (tels que la fraude, la ruse) pour en ôter la possession à celui auquel elle appartient. Synon. dérober, subtiliser, voler2. Son propriétaire [d'une bonbonne d'uranium] avait été convaincu qu'il faisait oeuvre de patriote en soustrayant le précieux produit à de prétendus espions (GOLDSCHMIDT, Avent. atom., 1962, p. 80).
[Sans obj. second] Elle profite du droit qu'elle avait d'entrer dans le temple, et sans être aperçue des prêtres elle soustrait adroitement quelques buchettes (BAUDRY DES LOZ., Voy. Louisiane, 1802, p. 51).
Empl. impers. Affirmer qu'ils n'ont point soustrait et n'ont point connaissance qu'il ait été soustrait aucun des livres et manuscrits qui étaient dans les dites bibliothèques et archives (Décret sur les biens ecclésiastiques, 1789 ds Rec. textes hist., p. 26).
P. ext. S'approprier. Soustraire un nom et se mettre dessous, c'est déshonnête. Des lettres de l'alphabet, cela s'escroque comme une bourse ou comme une montre (HUGO, Misér., t. 2, 1862, p. 666).
B. — Soustraire qqc.1 à/de qqc2.
1. Empl. abs., vx, LOG. Conclure du général au particulier, c'est-à-dire d'une proposition générale tirer une proposition particulière, ce qu'ils nomment soustraire (DESTUTT DE TR., Idéol. 3, 1805, p. 368). V. additionner ex. 6.
2. a) [En tant qu'opération arithmétique] Retrancher les uns des autres soit des nombres (ou des quantités) soit des éléments nombrables (ou quantifiables) de même espèce, le résultat de l'opération pouvant aboutir à une différence appelée reste. Synon. déduire, défalquer, enlever, ôter; anton. additionner, ajouter. Soustraire dix de vingt. Si je ne pouvais les soustraire de suite [cinquante francs] à la somme qui me reviendrait, je te les enverrais vingt francs par vingt francs de Londres (MALLARMÉ, Corresp., 1863, p. 86). Le total de 19 milliards de dollars a été retenu [comme capital annuel nécessaire aux pays sous-développés]. De quoi il faut soustraire le montant de l'épargne annuelle formée dans l'ensemble des pays intéressés (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 363).
— [Le compl. d'obj. désigne un élém. nombrable] Les calculs du Bureau des longitudes sur la population nous autorisent à soustraire aussi environ deux millions de petites filles (BALZAC, Physiol. mariage, 1826, p. 73).
Empl. abs. Moi, je ne sais pas additionner quatre cents millions de Chinois et quinze millions de forçats. D'ailleurs, c'est peut-être soustraire qu'il faudrait (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 336).
b) Retirer une somme des disponibilités que l'on a en sa possession. Ce jeune homme a soustrait dix francs de son pécule pour offrir le cinéma à sa petite amie (Lar. Lang. fr.). Soustraire mille francs de son compte en banque (ROB. 1985).
3. P. ext. [En tant qu'activité intellectuelle ou manuelle] La musique révèle le sens du sens [du poème], qui est charme, en le soustrayant (JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 44).
Empl. abs. Sur une feuille [de mon agenda] j'écris ce que je ferai, et sur la feuille d'en face, chaque soir, j'écris ce que j'ai fait. Ensuite je compare; je soustrais, et ce que je n'ai pas fait, le déficit, devient ce que j'aurais dû faire (GIDE, Paludes, 1895, p. 96).
ARTS. Du bleu soustrait au vert le fait paraître plus jaune (CHEVREUL, Contrast simult. coul., 1839, p. 78).
P. anal. [En parlant d'une action matérielle] S'il était froid [le plat], la porcelaine soustrairait tout le calorique de l'omelette (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 317). Il est préférable [le gril électrique] au gril ordinaire, car il soustrait la flamme et permet de recueillir tout le jus sans aucune perte (Lar. mén. 1926, p. 471).
C. — Soustraire qqn1/qqc.1 à/de qqc.2, à qqn2. Faire en sorte que quelqu'un/quelque chose ne soit pas exposé ou soumis à (quelque chose, quelqu'un). Synon. préserver, protéger. Soustraire à l'action, à l'autorité, à l'emprise, à la volonté de qqn; soustraire à un châtiment, à une/des influence(s). C'est là qu'on rassemblait ses richesses les plus précieuses, pour les soustraire aux brigands (CONDORCET, Esq. tabl. hist., 1794, p. 31). J'avais fait prendre les dispositions voulues pour soustraire le maréchal aux injures qui risquaient de l'assaillir (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 250).
En partic. Enlever d'un endroit donné. Jamais je n'oublierai comment, ni vu ni connu, par une petite porte, on la fit disparaître. Comme, par une même petite porte, ces chevaux de picadores, blessés, qu'on soustrait de l'arène, pour qu'ils crèvent à l'écart sans gêner (MONTHERL., Olymp., 1924, p. 352).
[Le procès porte sur une réalité bénéfique] Je sais, dans la même minute, qu'une mésentente foncière me soustrait au bénéfice de cette intercession [de la Vierge] (MASSIS, Jugements, 1923, p. 226).
[Avec effacement du compl. d'obj. ou de l'obj. second] Madame Dolmar. Ce pauvre valet de Pinto !... S'il allait payer pour tous... Mais comment le soustraire?... Les portes sont gardées... (LEMERCIER, Pinto, 1800, V, 8, p. 152). Ils cherchent tous à être riches. (...) surtout parce que la richesse soustrait au jugement immédiat (CAMUS, Chute, 1956, p. 1515).
Soustraire qqn/qqc. aux yeux, à la vue (de qqn). Anton. livrer, offrir. La préfecture a d'abord fait main basse sur les papiers du mort, avant l'arrivée du commissaire, et (...) elle les soustrait aux regards de tous (CLEMENCEAU, Iniquité, 1899, p. 242).
Soustraire (qqn) à l'obéissance. (Le) détourner de l'obéissance. Synon. dispenser (de). Soustraire des sujets à l'obéissance des lois (Lar. 19e).
II. — Empl. pronom.
A. — réfl. [Le suj. désigne un animé] Se soustraire à qqc./de qqc. Se mettre à l'abri de (quelque chose), échapper à (quelqu'un), en employant la fraude ou la ruse. Synon. se dérober à, refuser; anton. accepter, se conformer, se soumettre à. Se soustraire au danger, à une domination, à des exigences, à une influence, à un joug, à une loi, à une obligation. Quoi qu'elle eût pu faire pour se soustraire à la reconnaissante affection d'Hermine, elle avait été contrainte de se présenter quelquefois à l'hôtel de la rue d'Isly (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 379). C'est ce qui fait à Byron cette grandeur au moins, d'avoir cheminé solitaire, par tout le monde entier, portant partout le gigantesque ennui de sa solitude. Quelle folie me prenait de vouloir m'en soustraire? (GIDE, Corresp. [avec Valéry], 1891, p. 64).
♦ [Sans obj. second] Tu le penserais, Jérôme, s'il ne te plaisait pas de te soustraire et de mentir (ARNOUX, Seigneur, 1955, p. 144).
Se soustraire à la vue, aux yeux (de qqn). Disparaître pour ne pas être vu de lui. Le jeune officier la contemplait avec curiosité. Elle n'avait daigné ni l'encourager, ni se soustraire à ses regards (SAND, Elle et lui, 1859, p. 207).
B. — Être soustrait.
1. Empl. impers. [Corresp. à supra I A] On ne peut calculer ce qu'il s'est soustrait de papiers importants dans cette bagarre (Lar. 19e).
2. [Le suj. désigne un inanimé concr. ou un inanimé abstr. se rapportant à une pers.; corresp. à supra I B 2] Tandis que les premiers [les états de conscience contraires] se soustraient, les seconds [les états identiques] s'additionnent (DURKHEIM, Divis. trav., 1893, p. 67). S'il n'y a pas concordance de phases, les amplitudes ne s'ajoutent que partiellement, elles peuvent se soustraire et même s'annuler quand il y a déphasage d'une demi-longueur d'onde (CAILLÈRE, HÉNIN, Minér. argiles, 1963, p. 89).
REM. Soustracteur, subst. masc. a) Celui qui enlève (quelque chose) par ruse ou par fraude. Hommes et centaures reconnaissent pour auteurs de leur sang des soustracteurs du privilège des immortels (M. DE GUÉRIN, Poèmes, 1839, p. 10). b) Technol. ) Dispositif dans lequel les points d'images de deux radiographies sont soustraits électroniquement les uns des autres et les valeurs de luminosité identiques ainsi éliminées (d'apr. Méd. Flamm. 1975). ) Dispositif informatique servant à effectuer des soustractions (d'apr. GING.-LAURET 1982).
Prononc. et Orth.:[], (il) soustrait [-]. La prononc. ,,régulière`` selon LITTRÉ serait []. Obs. corresp. s.v. soustraction. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1119 sustraire « retrancher » (PHILIPPE DE THAON, Comput, éd. E. Mall, 2351); 1484 soustraire (NICOLAS CHUQUET, Triparty en la science des nombres, éd. A. Marre, p. 41); 2. a) 1121-34 « éloigner, priver (quelqu'un de quelque chose) » (PHILIPPE DE THAON, Bestiaire, éd. E. Walberg, 1485: Adam fut sustrait De sun saint paraïs); b) ca 1165 soztraire (qqn de qqc.) « enlever quelque chose à quelqu'un (par ruse) » (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, éd. L. Constans, 17449); 3. ca 1208 pronom. « s'affranchir de » (VILLEHARDOUIN, Conquête de Constantinople, éd. E. Faral, t. 2, p. 24: il s'estoient sotrait a l'obedience de Rome). Empr. au lat. subtrahere (de sub « sous » et trahere « tirer ») littéral. « tirer par-dessous, enlever par-dessous » d'où « enlever, retirer, dérober » et pronom. « renoncer à quelque chose; se dérober à quelque chose »; l'init. a été refaite d'apr. des mots comme souscrire (NICOT 1606 et COTGR. 1611 ont la vedette soubtraire ; soustraire dep. POMEY 1671). Fréq. abs. littér.:1 149. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 2 027, b) 2 507; XXe s.: a) 1 384, b) 1 513. Bbg. BOLBJERG (A.). Six verbes fr.: la catégorie -aire. R. rom. 1979, t. 14, p. 114-116.

soustraire [sustʀɛʀ] v. tr. [CONJUG. traire.]
ÉTYM. XIIIe; sustraire, sostraire, XIIe; « retirer, enlever » en anc. franç.; adapt. du lat. subtrahere, de sub, et trahere.
1 (V. 1265; sustraire, v. 1120). || Soustraire (qqch.) à qqn : enlever, retirer (qqch.) à qqn, de manière à l'en priver et, le plus souvent, par la ruse, la fraude. Approprier (s'), confisquer, dérober, détourner, divertir, ôter, prendre, ravir, vol, voler. || On lui a soustrait son portefeuille. Débarrasser (de). || Soustraire de l'argent à qqn par une escroquerie. Escroquer.
1 Mme de Fontanin avait renoncé au divorce, mais elle avait soustrait à son mari la modeste fortune héritée de son père, le pasteur.
Martin du Gard, les Thibault, t. III, p. 50.
2 (1588). || Soustraire… à… : enlever, faire échapper à (qqch. à quoi on est exposé). || Soustraire qqn, qqch. à la vue, aux regards de… Cacher, dissimuler.Soustraire qqn à un danger, à un risque ( Préserver, protéger [de]), à la mort ( Arracher; → Frauder, cit. 4), à une punition. || Soustraire qqn à l'autorité, à l'influence de… (→ Isoler, cit. 1). Retirer. || Soustraire qqn à un devoir, à une obligation. Dégager, dérober, dispenser (de).
2 Pour certains poètes, l'obscurité fut un voile subtil qui leur permettait de soustraire leur pensée à la curiosité indiscrète des inquisiteurs ou des politiques.
G. Duhamel, les Refuges de la lecture, VII.
3 (XIIIe). Arithm. Retrancher un nombre d'un autre pour trouver un troisième nombre qui, ajouté à celui que l'on a soustrait, donne l'autre. Décompter, déduire (I.), défalquer, distraire (I., 1.), enlever, ôter. || Soustraire 4 de 10.Absolt. || Savoir additionner et soustraire (→ Juste, cit. 22).De cette somme, nous devons soustraire les frais généraux.(XVIIIe). Par ext. || Soustraire mille francs de son compte en banque.
3 Des cinq louis de Jean, de mon engagement, et des présents de mes parents et amis, j'avais fait une bourse dont je n'avais pas encore soustrait une obole.
Diderot, Jacques le fataliste, Pl., p. 536.
(Par un vol, dans un sens voisin du sens 1.). || Soustraire subrepticement des pièces d'un dossier.Au p. p. || Les documents soustraits du dossier confidentiel.
——————
se soustraire v. pron.
ÉTYM. (1559; soi sotraire de, v. 1207).
S'affranchir, se libérer, de… (→ Braver, cit. 4; rapport, cit. 20). || Se soustraire au danger, au péril ( Écarter, évader [s'], fuir), aux devoirs, à une obligation (cit. 7; Échapper [à], éluder, esquiver, manquer [à]). || Se soustraire aux influences (cit. 5).Contr. : accepter, soumettre (se)…(1669). || Se soustraire à la vue, aux regards de qqn : disparaître, s'en aller.
4 Puisque vous vous êtes soustrait de l'obéissance que l'on doit à son médecin (…)
Molière, le Malade imaginaire, III, 5, note.
5 Elle sentait qu'il avait déjà pris un empire extraordinaire sur elle et elle ne pensait plus à s'y soustraire.
Mérimée, la Double Méprise, X.
——————
soustrait, aite p. p. adj.
Voir ci-dessus.
CONTR. Donner, fournir, mettre. — Additionner, ajouter.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • soustraire — Soustraire. v. a. Oster quelque chose à quelqu un, le priver de certaines choses par adresse, par fraude, par violence. Il faut soustraire les alimens à ce convalescent pendant quelque temps. il a attrapé mon sac, & en a soustrait les pieces les… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • soustraire — Soustraire, voyez Soubtraire …   Thresor de la langue françoyse

  • soustraire — (sou strê r ; la prononciation est irrégulière : elle devrait être sou trê r ; au XVIe siècle, on écrit soubstraire et on prononce soustraire, PALSGRAVE, p. 26), je soustrais, tu soustrais, il soustrait, nous soustrayons, vous soustrayez, ils… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SOUSTRAIRE — v. a. (Il se conjugue comme Traire. ) Ôter quelque chose à quelqu un, le priver de certaines choses par adresse ou par fraude. Il a soustrait du dossier les pièces les plus importantes. Il a soustrait des effets considérables de la succession.  … …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SOUSTRAIRE — v. tr. Retirer, dérober. Il a soustrait du dossier les pièces les plus importantes. Il a soustrait des effets considérables de la succession. Il signifie aussi Faire échapper à, préserver de, affranchir de. Rien ne peut le soustraire à ma fureur …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Soustraire — Soustraction La soustraction est l une des opérations basiques de l arithmétique. La soustraction combine deux ou plusieurs grandeurs du même type, appelées opérandes, pour donner un seul nombre, appelé la différence. Soustraire signifie diminuer …   Wikipédia en Français

  • soustraire — vt. , prélever, dérober : SOTRÉRE (Albanais.001, Saxel). E. : Soutirer. A1) soustraire des denrées à son père ou à son mari pour les vendre en cachette : ratâ vi. , fére on ra <faire un rat> (Sevrier), fére on low <faire un loup>,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • soustraire —     Je soustrais , je soustrayois , et non pas, je soustraisois . J en dis autant de distraire ; je distrayois , et non pas, je distraisois …   Dictionnaire grammatical du mauvais langage

  • Soustraire — III гр., (avoir) P.p.: soustrait 1) Вычитать, отнимать 2) Выкрадывать Présent de l indicatif je soustrais tu soustrais il soustrait nous soustrayons vous soustrayez ils soustraient …   Dictionnaire des verbes irréguliers français

  • Soustraire quelqu'un, quelque chose aux regards, à la vue — ● Soustraire quelqu un, quelque chose aux regards, à la vue les cacher, les placer hors de vue …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.